L'aéronautique, un secteur pionnier dans l'utilisation de l'IoT

Avec ses 3,5 milliards de voyageurs en 2016, le trafic aérien ne cesse de croître. Trois leaders
se partagent le marché au niveau européen : Airbus, Safran et Thales. L’augmentation des rythmes de production et la longueur des cycles de vie des produits aéronautiques poussent l’industrie aéronautique
à utiliser les technologies IoT et ainsi à relever le défi de la transformation digitale.

Gestion des configurations, suivi des outillages… l’IoT est un atout pour le secteur aéronautique

La gestion des configurations (équipements embarqués, équipements au sol)

Selon les acteurs du secteur, les besoins en gestion de configuration peuvent être multiples. Pour Air France, par exemple, il s’agit de gérer des opérations de maintenance de façon mobile et de manière électronique (paperless). Les nouvelles technologies permettent le suivi des opérations de maintenance (identification de pièces à remplacer, accès aux documentations techniques des pièces, renseignement de l’exécution des ordres de travaux). Pour d’autres acteurs comme Safran, elles permettent de gérer les stations de réparation d’équipements. Cela passe par la mise en œuvre de solutions RFID (systèmes de lecture fixes et mobiles ; identification/taggage des équipements) au niveau des stations de réparations, visant à utiliser les données RFID lors du processus de réparation. Ces moyens de lecture RFID sont intégrés avec les systèmes de suivi de réparation existants.
Le besoin commun reste le besoin d’avoir un relevé de configuration d’équipements embarqués. L’IoT est alors une solution intégrée aux aéronefs permettant une collecte automatique de données (infrastructure embarquée) de configuration de tout ou partie de l’aéronef. Ce relevé va jusqu’à la vérification de la conformité des équipements cabine. Cela concerne aujourd’hui les gilets de sauvetage mais aussi des éléments plus vitaux comme les moteurs et les trains d’atterrissage.

Le suivi d’outillage

Autre enjeu essentiel de l’aéronautique : les risques liés au FOD (Foreign Object Damage) qui peuvent occasionner des retards de production ou d’assemblage, des dégradations, des incidents… Pour remédier à ces problématiques, l’industrie aéronautique connecte désormais ses outillages avec la technologie RFID. Les bénéfices sont évidents : une meilleure traçabilité des outils, une diminution des pertes et donc des remplacements.
Ces technologies intéressent également l’industrie aérospatiale. Thales Alenia Space a recours à la RFID pour prévenir les risques de FOD lors des phases d’assemblage et d’intégration des satellites.